31/03/2015

Gare au poison rose

Quelle boulette, c’est pas croyable!

Pas touche, donc, aux gros bonbons roses pétant qui se trouvent encore au pied de certains arbres et dans les enrochements situés le long des bords de l’Arve. C’est de la mort au rat!

Eh oui. La société mandatée par la Ville de Genève pour dératiser les lieux n’a manifestement pas pris toutes les précautions, cette année, pour disposer le poison dans des boîtes où seuls les rongeurs auraient accès.

Le produit toxique est ainsi mis en libre-service sur les sentiers publics. Par l’odeur alléchés, les chiens et autres animaux de passage peuvent sans autre croquer cet appât et s’empoisonner. Et on ne parle pas des minots qui échapperaient la vigilance des adultes…

C’est vraiment n’importe quoi!

Claudine est en colère. Sa chienne a mangé ces boulettes roses et est restée quelques jours entre la vie et la mort au Tierspital, à Berne. La citoyenne a donc fait parvenir un appât au vétérinaire cantonal. Non pas pour l’intoxiquer, mais pour qu’il réagisse vite.

Ce qu’il a fait: tous les vétérinaires sont désormais avertis de la présence de ce poison. Seuls les promeneurs ne le sont pas: il n’y a aucune pancarte pour leur signaler le danger!

Les responsables de cette action ont certes été sommés de retirer les appâts au plus vite. Ce qu’ils ont commencé à faire, semble-t-il. Mais pourquoi ne pas prévenir les usagers des lieux?

Pour éviter pareil problème, le mieux serait peut-être de repenser la politique qui conduit à toujours mener ces campagnes de dératisation. La psychose des rats fait parfois plus de dégâts que les rats eux-mêmes…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.