28/04/2015

Cliente à part entière

Comment faire pour bien faire?

Danielle vit seule, elle n’est plus toute jeune et a un appétit d’oiseau. Autant dire que les courses au magasin, c’est pas tout rose pour elle.

 Comme cette cliente achète peu de choses à la fois, pour éviter le gaspillage alimentaire, elle s’y reprend souvent à trois fois pour réfléchir à ce qu’elle veut devant les rayons. Et là encore, ce n’est pas gagné d’avance.

Car si les fruits et légumes se vendent maintenant au détail, ce qui est une bonne chose, il n’en va pas de même pour tous les produits, dont la viande.

Allez trouver, dans un grand magasin, une barquette qui contienne de quoi faire un ragoût de bœuf ou une blanquette de veau pour une personne!

Alors pour la viande, c’est décidé, Danielle ira chez le boucher de son quartier. Histoire de favoriser aussi les commerces de proximité dont les produits sont souvent plus chers, mais de bonne qualité.

Le problème, c’est que le commerçant en question est un peu bouché.

Il refuse ainsi de lui couper et de lui vendre une seule tranche de jambon. La pièce étant encore sous vide, ça l’embête de l’ouvrir pour si peu. Vous me mettrez alors deux petites saucisses, demande la cliente sans se démonter. C’est non, à nouveau. Il les vend par six!

Quand Danielle fait remarquer au marchand qu’il n’est pas très serviable, il rétorque qu’elle peut toujours aller se servir à la Coop. C’est noté!

Tout compte fait, la dame a jeté son dévolu sur les Halles de Rive. C’est assez loin de chez elle. Mais là au moins, les personnes seules sont encore considérées comme des clients à part entière.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Bonjour,

Danielle a bien raison. Les Halles de Rive sont un endroit convivial et sympathique. Le service y est agréable, et dès qu'on s'y rend à plusieurs reprises, on est reconnu, salué, estimé.

Et le spectacle est garanti.

Petite astuce : annoncer le budget permet d'économiser. Ainsi, lorsque je demande à mon boucher J*B* "S'il vous plaît, vendez-moi pour 6 francs de viande hachée, pas plus, car c'est mon budget..." eh bien il enlèvera rarement les quelques grammes en trop sur la balance, mais restera à mon tarif.

Petite anecdote : en France voisine, j'avais envie d'acheter un peu d'agneau chez le boucher, et j'avais demandé pour 6 euros de viande d'agneau.

L'employé coupe un morceau, pèse, annonce "9 euros" : lorsque je lui dis non, il enlève une tranche, puis déclare "8 euros".

A ce moment, le patron, qui avait tout entendu, arrive, et me regarde en disant sévèrement à l'employé " N'as-tu pas écouté ? Le client demande pour 6 euros, c'est 6 euros!" et il emballe la marchandise et aussi la tranche coupée, me la remet, et m'annonce "voilà, monsieur, pour vous, 6 euros" avec un grand sourire et un bel accent du sud de la Méditerranée.

La grande distribution, c'est hélas aussi la grande indifférence...

Écrit par : Sylvie Fontana | 28/04/2015

Les commentaires sont fermés.