30/04/2015

En quête de billets

Les Transports publics genevois! Il me semble que ça fait des plombes que je n’en parle plus ici.

Anne vient donc fort à propos me faire une petite piqûre de rappel TPG. L’usagère se trouve l’autre jour à l’arrêt «Epeisses», à Avully. Elle attend le bus K qui va de Chancy au Petit-Lancy.

Que voit-elle dans l’armoire horaire? L’annonce suivante: «Merci de prendre votre titre de transport au distributeur automatique.» Soit. Mais à cet endroit, il n’y en a pas. Et la précision qui suit l’achève: «Pas de vente à l’intérieur du véhicule.» Ben voyons!

Le tout est dit en quatre langues. Qu’importe au fond, car le message est clair: tu grimpes dans le bus sans titre de transport, t’es mort. S’il y a un contrôleur, bien sûr. Zut alors, c’est vraiment pas juste!

Aux TPG, on ne parle pas d’injustice, mais de coquille… Le placard en question daterait de Mathusalem, ou presque, et l’info mobilité Unireso qui figure sous l’annonce n’est plus ouverte non-stop, comme indiqué, depuis 2008. L’autocollant et ses frères, s’il en a, seront donc enlevés au plus vite. On respire.

Mais que doit faire Anne à l’arrêt Epeisses, si elle n’a pas d’abonnement? Prendre un billet par SMS, par exemple. Ou acheter un titre de transport à l’intérieur du véhicule, si le bus de campagne en possède un. Depuis Mathusalem, des progrès ont été faits.

Elle peut aussi prendre son billet à arrêt suivant, après avoir averti le conducteur, ou au besoin signaler l’absence de distributeurs au contrôleur. Il devrait faire preuve de compréhension.

Disons que ce serait la moindre des choses.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.