01/05/2015

La journée qui divise

En ce joli 1er mai, c’est toujours la même rengaine. Elle fait d’ailleurs grincer des dents une partie de la population active, et il y a de quoi!

Car les masses laborieuses du canton ne sont pas toutes à la fête. Il y celles qui bossent aujourd’hui comme si de rien n’était et celles qui se la coulent vraiment douce.

Normal, c’est un jour à moitié férié!

Officiellement parlant, le 1er mai n’est pourtant pas férié. Mais dans les faits, les bureaux de l’administration genevoise et les écoles sont fermés ce jour-là.

Un bien curieux régime, pas vrai, pour la fête des travailleurs!

Le service des impôts et celui des autos sont par exemple aux abonnés absents. De son côté, l’instruction publique ayant glissé le 1er mai dans la rubrique «vacances», elle renvoie tous les élèves à la maison. Et avec eux les enseignants. Ça fait du monde.

Le parascolaire suit le mouvement, en bonne logique, tout comme les crèches qui rendent les bébés à leurs parents ce vendredi.

Ça leur fait, à tous, un joli pont supplémentaire en mai…

Ceci alors que vendredi, les autres travailleurs turbinent et ruminent. Ils sont sur le pont à la Poste, dans les grands magasins, les bistrots, les journaux ou les entreprises privées.

Certains travailleurs vont obtenir congé cet après-midi pour participer au cortège traditionnel de cette journée de contestation. J’ai vu que le slogan du défilé 2015 était «Unissons-nous». Pour les emplois, les salaires et les retraites. On ajoute pour un 1er mai férié pour tous?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.