04/05/2015

Que d'eau! Que d'eau!

arve.JPGDevant la Garonne en crue, Patrice de Mac Mahon, alors Président de la République française, avait eu ces mots historiques: «Que d’eau! Que d’eau!»

A quoi on lui aurait répondu: «Et encore, Maréchal, vous ne voyez que le dessus…» C’était en 1875.

Devant la crue historique de l’Arve, les sauveteurs et les passants se sont sans doute fait semblable réflexion, à quelques mots près. Pareille déferlante, ça fait sensation!

Une fois les premières frayeurs passées et la situation devenant sous contrôle, du moins provisoirement, les Genevois font la promenade au bord de l’eau. Ils veulent voir la métamorphose de la rivière. Sa soudaine démesure.

De nombreux piétons empruntent le sentier des Saules, tandis qu’une brume inhabituelle flotte en ce dimanche sur le Rhône. Ils soulèvent les bandes de plastique rouge et blanc qui barrent l’accès et passent outre l’interdiction d’aller par là.

But avoué de ces curieux: se rendre à la pointe de la Jonction pour assister aux noces contrariées de l’Arve et du Rhône. Ils ne seront pas déçus.

Certes, le terrain est glissant et l’approche se fait sur la pointe des pieds. La veille encore, les lieux étaient entièrement sous l’eau. Mais une fois aux premières loges, quel spectacle!

Dans l’union de la rivière au fleuve, l’Arve a clairement pris le dessus. Ses flots bruns et tempétueux envahissent le Rhône et repoussent son eau bleue verte, qui bat en retraite devant tant d’ardeur.

Devant ces turbulences extraordinaires, les spectateurs restent sans voix. Ou lâchent alors «Que d’eau! Que d’eau!»

07:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

on ose imaginer la joie illuminant le visage du Maharadja blanc qui voulait transformer Genève en Venise
Très belle journée

Écrit par : lovejoie | 04/05/2015

La vallée de l'Arve est le paradis du décolletage. Pour décolleter, il faut utiliser des produits toxiques dont on se débarrasse en douce dans la rivière. C'est ainsi que parfois, on assiste à des flots de métaux lourds ou autres saloperies qui descendent vers Genève et en particulier vers les zones de réalimentation de la nappe qui approvisionne en partie cette ville. Source indispensable si l'on sait que Genève prend une partie non-négligeable de son eau dans le lac, et qu'un seul avion qui s'y abîmerait rendrait cette eau impropre à la consommation. Or Genève l'internationale est très fière de son aéroport international, de plus en plus utilisé. Y aura nécessairement un jour ou l'autre un avion au lac...
On espère donc pour vous que la crue n'a pas amené trop de polluants en raclant les sédiments et que les systèmes d'alerte ont bien fonctionné...

Écrit par : Géo | 04/05/2015

Pourquoi ne pas dire son nom ?
Vous le connaissez, au moins ?

"on ose imaginer la joie illuminant le visage du Maharadja blanc qui voulait transformer Genève en Venise
Écrit par : lovejoie | 04/05/2015"

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/05/2015

Monsieur Dumitrescu sans doute n'étiez vous pas encore né lors de cette histoire qui a fait rire de nombreux Romands
Il est vrai que vous ne possédez pas une mémoire d'éléphant comme tous ceux qui aiment mieux faire travailler leurs neurones plutôt que mémoriser électroniquement n'importe quoi

Écrit par : lovejoie | 04/05/2015

Les commentaires sont fermés.