12/05/2015

Essayé, pas pu

Ils se sont plantés, ils ont fait chou blanc. Et quand les carottes sont cuites, paraît que c’est la fin des haricots…

Peut-être que ces comparaisons potagères ne plairont pas à tous les candidats malheureux, eux qui ont bu la tasse (ou le bouillon) dimanche. C’est qu’ils sont dans les myrtilles, me glisse le Chaux-De-fonnier d’en face.

La chose peut encore se dire d’autres façons. Ils ont fait buisson creux. Ils se sont pris une pelle. Voire une veste.

Ou alors les recalés sont chocolat. A prendre dans le sens frustrés de ne pas avoir obtenu ce qu’ils désiraient. Les expressions ne manquent pas pour signifier que les électeurs n’ont pas voulu d’eux…

Le deuxième tour des Municipales  est donc terminé et nous avons eu droit à toutes ces photos d’élus posant, tout sourire, avec des grosses gerbes de fleurs plein les bras.

Et les autres? Ils font le plus souvent dans la discrétion. Ils ont essayé, pas pu. Mais ils y ont cru. D’où leur triste mine dimanche soir. Après aussi.

Pourtant, leur bobine souriante et conquérante s’étale toujours sous nos yeux. Sur les panneaux d’affichage. En grand parfois sur les bus et les trams.<

J’ose pas imaginer l’effet que ça leur fait de se dévisager ainsi, alors que les jeux sont faits. Vous me direz que ces gens-là ont le cuir solide, sinon ils ne se mettraient pas dans de telles situations. Mais tout de même. C’est rude.

En ville, les colleurs d’affiches sont à l’œuvre depuis hier pour recouvrir de publicités estivales les portraits de tous les politiciens, élus ou pas. Les TPG devraient s’y mettre aussi. Qu’ils fassent vite, ce serait mieux pour tous.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.