02/06/2015

Messages en errance

Deux semaines, à peine. Deux petites semaines d’absence inopinée auront suffi pour que je disparaisse totalement des écrans radars…

Mon ordinateur, jaloux en diable, n’a pas du tout aimé que je lui fausse compagnie ces derniers jours. Que je le délaisse, lui et son écran bruissant de nouvelles, pour faire une retraite après le décès d’un être cher.

Evidemment, ça ne se fait pas de lever ainsi le pied. Trois jours de congé offerts pour vivre un deuil, c’est déjà compter large, de nos jours, pas vrai?

Ensuite hop, c’est reparti pour un tour, comme si de rien n’était. On n’en parle plus, c’est fini, poutzé, terminé. Rangez les mouchoirs et cachez cette tristesse.

La mort reste sacrément tabou, malgré tout ce que l’on veut bien dire.

J’ai donc pris plus de temps que prévu et mon ordinateur chéri me le fait payer. Comment? C’est très simple. Radical, même: à mon retour, ma messagerie est au point mort… Elle ne me reconnaît plus. A croire que la Julie est aussi partie pour toujours.

Pourtant je suis bien là, à mon poste. Mais vos courriers et messages, eux, ont totalement disparu de l’écran. Pfuit, envolés! Ils errent depuis deux semaines dans les limbes du circuit, sans atteindre leur but, stockés dans quelque recoin du système.

Ceux qui savent parler aux machines les recherchent. Ils finiront bien par les débusquer et les faire revenir à la surface.

En attendant, pour me contacter, rien de tel que le bon vieux coup de fil, ou le courrier postal. Voire le pigeon voyageur…

07:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Bon courage Julie.

Écrit par : Romy STRATTA | 02/06/2015

Les commentaires sont fermés.