03/06/2015

Pas de problème

Miracle, j’existe à nouveau! Pour la messagerie, du moins.

Vous n’aurez donc pas besoin de recourir au pigeon voyageur ou au tam-tam des Pâquis pour me glisser à l’oreille la dernière genevoiserie en date. Mon adresse mail ci-dessous vient d’être remise en fonction. Ouf!

La machine qui m’avait tuée d’un coup de clic vengeur en désactivant le compte «Julie» est ainsi revenue à de meilleures dispositions. La voilà qui me reconnaît à nouveau grâce à je ne sais quelle manipulation. J’en suis fort aise. Pourvu que ça dure.

Dans la manœuvre, hélas, tous vos messages des deux dernières semaines ont été perdus. A la mer. Et sans bouteille de sauvetage. Si vous pouvez les repêcher dans vos ordinateurs, n’hésitez pas à me les renvoyer.

Pas de problème, diront certains.

Comment ça, pas de problème? Il y en a pourtant un, et un gros! C’est que cette expression gagne du terrain.

Quand on demandait auparavant une baguette à la boulangère, elle répondait en souriant «avec plaisir», «bien volontiers» ou «service».

Aujourd’hui, quand le client lui dit préférer du pain noir au blanc, ou le contraire, elle lâche souvent «pas de problème». On se demande bien encore où il y en aurait.

Quand vous hésitez entre un habit ou un autre dans un grand magasin, ou passez commande du plat du jour dans un restaurant, c’est aussi le même refrain: «y’a pas de problème».

Ben non, jusqu’à nouvel ordre, «y a pas de problème» à prendre ce qui est proposé. Ou alors, la situation est bien plus grave que prévue…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.