25/06/2015

A une minute près

La Fondation des parkings fait parfois preuve de mansuétude. La nouvelle va sans doute rassurer les contrevenants en puissance que nous sommes tous…

Voici l’histoire. Marguerite est une dame âgée qui se déplace avec des cannes et qui est aussi automobiliste à ses heures. Un jour, elle gare sa voiture en ville et peste en voyant que l’horodateur se trouve de l’autre côté de la rue.

En la traversant, elle laisse tomber par mégarde son sac, puis une béquille. Le temps de les récupérer péniblement et de se remettre en chemin vers le parcmètre, l’heure tourne. Il est 16 h pile quand elle prend son ticket.

Le retour se fait piano piano. Mais à son arrivée, une contredanse de 40 francs l’attend sur le pare-brise de sa voiture. Elle a été faite à 15 h 59. A une minute près!

Marguerite n’est pas du genre à insulter le contractuel œuvrant à deux pas de là. Elle tente juste de lui monter, preuves à l’appui, qu’elle ne peut pas marcher plus vite que son ombre.

Mais impossible de négocier. L’amende est mise. Elle restera. La dame à mobilité réduite a donc écrit à l’autorité pour la contester. L’amende, bien sûr.

Alléluia, elle a été entendue. Mais attention, lui dit-on. Faut pas croire que ça marchera à tous les coups. Car cette annulation «ne saurait créer un précédent et ne garantit en aucun cas la même clémence dans un cas de figure similaire à l’avenir.»

Ça ne risque pas! Un médecin a remis à Marguerite une carte «handicapé» pour lui permettre désormais l’accès à ces stationnements réservés. Les trouver, c’est encore une autre histoire…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.