26/06/2015

Migration nocturne

On nous cache tout on nous dit rien, c’est bien connu.

Gaëlle travaille depuis plus d’un lustre comme secrétaire dans un bureau situé rue de la Corraterie, côté parc des Bastions. Elle a pour habitude de poster le courrier professionnel dans une boîte aux lettres située au milieu de la rue, plus ou moins en face d’un fameux tea-room.

Mercredi dernier, elle part donc en direction de la boîte jaune pétard, pleine d’allégresse à l’idée de commencer sous peu sa pause de midi.

Elle trotte, ses enveloppes à la main, et arrive là où ses pas la guident tout naturellement.

Mais la boîte postale s’est fait malle. Il n’y a plus aucune trace d’elle.

Gaëlle hallucine: la veille au soir, elle était là, de piquet comme toujours. Et mercredi midi, pfuit, envolée. Est-ce un gag pour la caméra cachée?

Coupée dans son élan, la secrétaire reste quelques secondes les bras ballants, indécise, perturbée par cette disparition inexpliquée. Puis son cerveau se remet en marche et elle regarde à gauche à droite pour trouver où la boîte aurait bien pu filer.

Ça y est, elle la voit enfin: la fugueuse s’est déplacée subrepticement près du Ciné 17. Allez savoir pourquoi…

Alors que la jeune femme s’apprête à rebrousser chemin pour glisser enfin son courrier dans la gueule jaune, une passante, qui a suivi la scène, lui propose de le faire à sa place, puisqu’elle va dans ce sens. Sympa.

Mais Gaëlle n’en revient toujours pas. La Poste est-elle au courant que ses boîtes aux lettres migrent la nuit? M’est d’avis qu’elle doit être affranchie…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.