08/07/2015

Marche à l'ombre

Marche à l’ombre! L’invite impérative du chanteur Renaud signifiait clairement à l’indésirable de service: fais-toi tout petit, t’as vraiment pas intérêt à te faire remarquer si tu veux éviter les problèmes.

C’est exactement la tactique qui fait fureur ces jours en ville: éviter à tout prix de se faire repérer par le soleil de plomb, raser les murs de près et donc marcher à l’ombre…

A l’heure où le goudron fond, il s’agit se déplacer en fonction des zones d’ombre offertes par le bâti ou le végétal. Et c’est drôle à observer: les passants zigzaguent dans l’espace public et se faufilent dans des lieux où ils n’auraient pas idée d’aller en temps normal.

Le passage entre deux hauts murs, triste à mourir, la rue glauque à souhait mais qui offrent un brin d’air à l’abri des rayons. Passer partout, sauf sur ce trottoir vibrant de chaleur qui colle aux pattes.

Marcher à l’ombre, vivre à l’ombre, travailler à l’ombre. Et malgré tout, il fait plus de trente degrés ce mardi dans les locaux de la Julie…

C’est dire si le neurone est un peu mou à ces températures. Vivement que ça baisse!

Et je crois pourvoir affirmer, sans trop me tromper, que c’est aujourd’hui chose faite. Ouf!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.