31/08/2015

Truc bête et méchant

C’est tout neuf, ça vient de sortir. Et il n’est pas vraiment nécessaire que cette pratique devienne tendance à Genève.

Imaginez plutôt la scène.

Vendredi matin, une automobiliste descend en ville pour se rendre chez son médecin. Il fait déjà chaud et la fenêtre, côté passager, est baissée à moitié pour que l’air circule un peu.

En bas de la rue de Lyon, le feu de signalisation passe au rouge. La voiture s’arrête. Jusque-là, rien de bien étrange.

C’est alors qu’un gros bruit étrange se fait entendre par la vitre entrouverte, suivi aussitôt d’une onde de choc. Qu’est-ce donc? Vous ne le croirez pas: une explosion de caca!

Et ce n’est pas le groupe de rock romand et déjanté qui s’invite sans crier gare dans l’habitacle.

Non. Ce qui arrive à toute bombe de l’extérieur est puant, dégoûtant, collant. On flaire la crotte de chien, (ou autre?) lancée à pleine main par un personnage peu délicat.

Le gros projectile mou s’éparpille en ordre dispersé dans la voiture, aux pieds de la conductrice, sur le tableau de bord et le siège rembourré. Partout, il y en a partout. Sans parler de l’odeur!

Faudra m’expliquer le plaisir qu’un être peut éprouver en pratiquant de la sorte contre une parfaite inconnue. Agée, qui plus est. Je ne comprends juste pas ce truc bête et méchant.

La principale intéressée non plus. Elle a néanmoins poursuivi vaillamment sa route et s’est rendue chez le toubib… en se bouchant le nez.

Mais elle en a profité, me dit-on, pour s’acheter un billet de loterie. Des fois que tant de «merde» lui porte chance!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Il s'agit d'une agression.
Truc particulièrement stupide et aussi dangereux.
Au moins la dame, elle est, d'une toute autre classe.
Dommage qu'on ne puisse pas attraper la racaille à l'origine d'un tel méfait.

Écrit par : Kasperle | 31/08/2015

Ces grosse chaleurs incitent certains à se débarrasser de leur nervosité naturelle en faisant n'importe quoi
Heureusement que cette dame n'avait pas baissé les vitres de la voiture qui est facile à nettoyer
Ce qui n'était pas le cas pour les anciens infirmiers en psychiatrie trouvant des murs noircis avec des fientes humaines qu'ils étaient obligés de laver eux-mêmes
Cet article me fait penser à la patiente Genevoise qui s'en était aussi donné à cœur joie d'où une certaine légèreté face à certains gestes qui sont jugés répréhensibles comme celui dont il est question dans le billet du jour
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 31/08/2015

Si cela m'arrive, que vais-je faire à l'agresseur ? Arriverais-je à ne pas le démolir complétement, quoi que cela coûte ?

Écrit par : Géo | 31/08/2015

Les commentaires sont fermés.