14/09/2015

Ponts et chaussées

Quand il y a des ponts, c’est le petchi sur les chaussées. Celui du Jeûne genevois n’a pas failli à la tradition.

Ainsi ce jeudi, au carrefour du pont du Mont-Blanc, tous les feux de signalisation sont à l’orange. Le message est clair: chacun se débrouille comme il peut. Et quand on connaît le fonctionnement du conducteur genevois lambda, ça craint!

Au bout d’un moment, l’automobiliste pris en tenaille dans les flots contradictoires de circulation se prend à rêver qu’un être se dévoue pour remplacer les machines.

Une personne en uniforme, armée d’un bâton, voire d’un sifflet s’il le faut, capable de diriger les files pétaradantes et de leur signaler où et quand passer. Chacun son tour.

Parce que sans ça, c’est la gabegie. Mais rien. Pas l’ombre d’un gendarme à l’horizon.

Juste des feux orange qui clignotent. Ils se retrouvent le long des travaux de réfection de la chaussée laissés ouverts au quai du Mont-Blanc. Et plus loin aussi, sur l’autoroute.

Tout ça engendre des bouchons à répétition. Car en ce jour de Jeûne, faut pas croire que les Genevois restent chez eux face à une tarte aux pruneaux. Ils sont tous sur les routes et profitent de ce congé pour changer d’air. Et ils ont bien raison.

Parmi eux se trouvent notamment les travailleurs qui refont les routes, les gendarmes qui veillent à l’ordre public et même ceux qui pensent à l’organisation de la circulation. On ne va donc pas s’en sortir.

Quand il y a des ponts, c’est le petchi assuré sur les chaussées…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.