16/09/2015

Tout en finesse

pub.JPGTiens, ça va te mettre en joie, m'assure-t-il, un brin goguenard. Et voilà qu’il me file une page de pub pour autos tirée d’un journal dit malin. Pas de risque, en effet, qu’elle me tombe toute seule sous les yeux…

En la voyant, les chaussettes m’en tombent. Le reste aussi.

Je vous résume la chose? Pour vanter une gamme de voitures utilitaires, un garage de la place n’a pas trouvé mieux que de faire une pub décalée et bourrée de testostérone. Très lourdingue, donc.

Bref. Au cœur d’un encart d’un quart de page trône un soutien-gorge rouge rehaussé de dentelles noires. Sans personne dedans. Mais avec des légendes destinées à faire saliver les lecteurs, je suppose.

Visant le bonnet du sous-vêtement, une flèche indique ainsi «Volume de chargement de 3 m3 à 17 m3.» Waouh! Les baleines du soutif se muent en «carrosserie renforcée» et les fines bretelles deviennent pour l’occasion une «charge utile ajustable».

Voilà où nous en sommes, encore et toujours. Dans ce vieux cliché navrant liant grosses bagnoles et jolies pépées. Certains diront que c’est sans doute de l’humour, au Xe degré, certes. Mais qu’il faut bien rigoler.

Sauf qu’il y a encore un truc qui me chiffonne. Au-dessus de la pièce de lingerie sexy est écrit «Les professionnelles en sont dingues!»

Le message devient vraiment confus. Pourquoi utiliser le féminin pluriel?

Les professionnelles, ce sont les voitures utilitaires ou les femmes en dessous affriolants?<

Le masculin pluriel eut été plus logique, tant qu’à faire.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.