24/09/2015

Le coup du marron

Ça m’est soudain tombé dessus, sans crier gare. Plonk!

L’objet non identifié a percuté mon crâne avant d’aller rouler au sol. Non mais c’est quoi encore ce truc?

C’est un marron! Une belle boule brune, dense et lisse. Un boulet, tiré des hauteurs par quelque esprit frappeur. Faudra bientôt légiférer je pense pour imposer le casque aux passants osant encore se promener ces jours sous les marronniers.

Sans rancune, j’ai ramassé le marron à gnon et l’ai glissé bien au chaud dans ma poche. Comme je le faisais, gamine. La boule faisait alors une petite bosse dans l’habit, une présence amusante qui roulait sous les doigts.

En regardant toutes les autres billes brunes et luisantes gisant encore à terre, abandonnées, inutiles, j’ai eu envie d’en ramasser d’avantage. De les prendre une à une, et puis les détailler de près afin de découvrir leurs petits secrets. Oui, mais pour en faire quoi ensuite? Des bricolages, comme autrefois?

C’est aussi ça, l’automne qui vient d’arriver, en ce mercredi.

Les bouffées de nostalgie remontent irrésistiblement, comme les premiers brouillards sur le Rhône.

Un plonk sur la tête aura suffi pour que me reviennent les jeux oubliés de l’enfance. Les jolies bestioles réalisées avec ces marrons, glands, feuilles et bouts de bois ramassés çà et là et tenus entre eux par des cure-dents, dans des équilibres instables. C’était avant…

Alors laissons tomber les marrons, comme les feuilles et les températures, c’est de saison. Bien qu’en cet équinoxe d’automne, le jour et la nuit sont de même longueur.

Profitons-en, ça ne va pas durer.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.