20/10/2015

La cycliste dépannée

L’alerte octogénaire se déplace depuis toujours à vélo. Pour aller faire ses courses en toute sécurité, loin de la circulation, elle emprunte souvent le raccourci qui relie le chemin de la Montagne à l’avenue de Bel-Air.

Jeudi dernier, elle s’engage comme d’habitude sur le chemin, sans trop regarder le panneau qui s’y trouve. Ou alors elle le voit sans le comprendre et part «à l’étourdie».

La cycliste descend la pente, met pied à terre pour passer la chicane et se retrouve soudain prise au piège. Car le passage est barré et le chantier grand ouvert. Le Ceva! Oh là là…

Des ouvriers voient alors la mine déconfite de l’aînée qui s’apprête à rebrousser chemin, si près du but. «Restez là, on va vous donner un coup de main.» Sympas, les gars!

Pour contourner l’obstacle, il faut escalader un tertre et le redescendre, ce qui n’est pas gagné d’avance. Et hop, un homme s’empare du vélo de course de Madame pour le passer de l’autre côté tandis que les autres se relaient le long de la pente pour la prendre par le bras et la conduire à bon port.

Cette arrière-grand-mère en est fort aise: tous ces messieurs qui se plient en quatre pour elle, c’est inespéré!

A l’arrivée, un des ouvriers lui fait remarquer que son casque cycliste ne tient pas bien sur sa tête. Allez, il lui remet vite la visière en place avant de lui souhaiter bonne route. La cycliste en a pédalé d’allégresse en pensant à la gentillesse des travailleurs du CEVA.

Elle se demandait d’ailleurs si elle ne voulait pas retenter l’expérience, au retour. C’est si bon de se faire ainsi chouchouter!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.