28/10/2015

Arrêt sur image

autom.JPGÔ feuille, suspends ton vol et fais un petit effort. Accroche-toi, bon sang!

Reste un peu plus longtemps au sommet de ta gloire, agrippée là-haut à ta branche, resplendissant de jaune, de pourpre, d’orange ou d’ocre.

Car tes couleurs flamboyantes nous filent la patate. Elles illuminent nos journées et nous font oublier qu’on file droit dans le froid. Là où la vie se décline en noir et blanc. Avec quelques touches de gris. Youpi…

Alors fais de la résistance, la feuille, et nous, profitons de cette explosion de teintes chaudes et fauves pour nous en mettre plein les yeux, le moral aussi.

J’aimerais bien faire un arrêt sur image. Appuyer sur la touche pause, histoire de faire durer le plaisir et de retenir le temps. Les érables, les tulipiers, les bouleaux ou les ginkgos garderaient ainsi leur parure de rêve aussi longtemps que souhaité.

Mais on n’est pas au cinéma et la nature fait son boulot: le feuillage meurt de soif à petit feu et le vent ne peut retenir son souffle plus longtemps. D’ici à la fin de la semaine, beaucoup de feuilles auront décroché et fini leur course à terre.

Dans les bois, déjà, les sentiers sont tapis d’une épaisse couche de feuilles mortes que les promeneurs brassent des pieds pour les entendre bruisser.

Dans les parcs, elles n’ont pas même le temps de sécher. Elles tombent et décorent de taches rouges et or le vert gazon. Puis les souffleuses entrent dans la ronde.

Elles font tourbillonner les belles dans un dernier ballet aérien, avant de les pousser au rebut, dans un gros tas protégé par des barrières. Ô feuille, suspends ton vol…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.