30/10/2015

Le réseau du futur

Les slogans, c’est fait pour entrer dans nos crânes et y rester gravés le plus longtemps possible. Dans le genre crampon, celui de Swisscom est pas mal du tout: l’entreprise se flatte ainsi d’être «le réseau du futur».

Côté technologie, peut-être. Côté administratif, en revanche, elle peut avoir un temps de retard. Normal, me direz-vous, le courrier part de Berne… Mais cela n’explique pas tout.

Patrick a ainsi reçu le 21 octobre, à son domicile genevois, une lettre du grand opérateur datée du 15 octobre. Une petite semaine pour faire la route, nous sommes encore dans les temps.

Là où ça devient franchement comique, c’est que la missive annonce au client une interruption de son raccordement pour le 13 octobre…

Le 13 octobre 2015, pas 2016! Swisscom prend donc la peine de prévenir son abonné d’une coupure qui est déjà intervenue, deux jours avant! C’est gentil, mais inutile. Et c’est ainsi que dans la tête des clients, le réseau du futur devient vite celui du passé!

Un qui s’emmêle aussi les pinceaux dans ses envois, c’est le service des votations et élections de Genève. Je vous avais parlé le 12 octobre dernier de cette veuve qui avait reçu le matériel de vote destiné à son époux, parti au printemps dernier. Elle avait renvoyé l’enveloppe à l’expéditeur, en collant dessus bien en vue l’étiquette «décédé».

Ben le message n’a pas passé. Ou il n’a pas été compris, c’est selon. Le fait est que ça continue: on demande aujourd’hui à son défunt mari de voter de l’au-delà pour le Conseil des Etats. Où va-t-on chercher les voix… C’est vraiment n’importe quoi.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.