21/11/2015

Question de thune

Petite piqûre de rappel, à l’attention de ceux qui ne lisent la Julie que le samedi: la Thune du Cœur a démarré. Oh yeah!

Depuis lundi matin, Jules campe à la réception du journal. Sachez que le cochon adore quand ça fait bling bling dans son bidon. Mais il apprécie aussi les versements qui arrivent sur le compte ci-dessous. D’ailleurs, si ces chiffres vous donnent le tournis, je vous envoie un bulletin où tout est déjà écrit dessus. Sauf le montant, bien sûr…

En parlant de bulletin, une lectrice m’en raconte une bien bonne. Elle vient de recevoir une ordonnance pénale du Service des contraventions et la douloureuse qui va avec. Pour quelle faute? Un dépassement de 6 à 10 km/h dans une localité genevoise relevé… début mai 2015.

C’était il y a 6 mois. L’administration ne fait pas dans l’excès de vitesse!

Pas dans les règles non plus. Car en général, le carton jaune arrive avant le rouge. Comme au foot. Or, l’amende d’ordre ne lui est jamais parvenue.

Pour en avoir le cœur net, cette automobiliste se rend au Service en question. Où on lui apprend, après vérifications, que son amende a bien été enregistrée fin juin. Mais hélas, il y a eu une panne informatique ce jour-là. Ah, le bon vieux coup de la panne! La sanction n’a donc pas été envoyée à l’intéressée.

Comment régler, ou contester, une facture que l’on n’a pas reçue? Mission impossible, n’est-ce pas?

Pourtant, la procédure habituelle a suivi son cours: les mauvais payeurs ont droit à une ordonnance pénale et des émoluments de cent francs. Et ça fait vraiment des thunes pour des prunes!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.