23/11/2015

En avance ou en retard

Jean-Pierre prend un soir le bus à Puplinge pour se rendre en ville. Il compte boire quelques verres avec ses amis après le théâtre. Sage précaution…

Juste avant de descendre à l’arrêt prévu pour changer de ligne, il voit le 33 démarrer alors qu’il pensait avoir largement le temps de l’attraper.

Un bus arrive et l’autre part sous son nez… Quel étrange manque de coordination, se dit le passager. Qu’importe, il change de trajet et arrive à temps pour le spectacle.

Après avoir passé une bonne soirée, il consulte sur son iPhone l’application recherche d’itinéraire des TPG. Elle lui propose d’utiliser le tram jusqu’à la place Favre et, de là, le bus 31. Facile.

A l’heure annoncée sur son portable, le Puplingeois descend à l’arrêt de Chêne-Bourg. Mais que voit-il alors? Le bus 31 s’en aller, le laissant en carafe.

Jean-Pierre tente de ruser, reprend le tram suivant jusqu’à l’arrêt Tronchet où passe le C pour Puplinge. Caramba, encore raté! Et plus rien en vue.

Le jeune retraité rentre finalement à pieds jusqu’à Puplinge, dans la nuit et le brouillard, en maudissant l’application qui lui a fait rater sa rentrée.

Mais il a peut-être raté un détail: les recherches d’itinéraire donnent actuellement des informations de correspondance en temps théorique, pas en temps réel.

Les TPG travaillent pour améliorer la prestation mais, pour l’heure, Jean-Pierre aurait dû se fier à l’application «horaires». Et prier pour que le chauffeur du bus espéré s’y tienne.

Car les TPG l’admettent volontiers: un bus qui part en avance, c’est pire qu’un bus qui part en retard…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.