07/12/2015

Par ici la monnaie

Jules a donc fait la Course de l’Escalade. Mazette, ce n’était pas rien ce samedi! Gris humide côté ciel mais pétant de couleurs et de vie, côté participants.

Et quelle foule! Dire que des dizaines de milliers de gens de tous âges et de tous horizons aiment courir au coude à coude sur les pavés de la vieille ville, c’est toujours impressionnant. Admirable. Parfois même incroyable, pour ne pratique pas ce sport…

L’autre sujet d’étonnement m’est venu hier, après avoir compté les sous amassés pour la Thune du Cœur dans nos tirelires, au stand de la Tribune.

Comment se fait-il que des monnaies venues d’ailleurs, ou qui n’ont plus cours depuis des plombes, se trouvent encore au fond des poches des coureurs de l’Escalade ou de ceux qui viennent les soutenir? Bizarre, non?

Dans l’oseille que nos cochons ont avalée aux Bastions, j’y ai trouvé des perles: un billet des Emirats arabes unis, faut le faire! Et puis des pièces anglaises et américaines, trois argentines et deux roumaines. Une couronne norvégienne avec le trou à l’intérieur, une danoise et une suédoise. Plus de gracieuses pièces de dollars de Hongkong. Certes, la ville est cosmopolite…

J’y ai encore pêché quelques pfennigs allemands, des lires italiennes et des francs français. Je vous jure… Ah, il y avait aussi des jetons de lavage auto. Mais pas de boutons de culottes!

Malgré ces pièces indigestes, le gros Jules et ses rejetons ont fait bombance, tandis que le public sifflait 2000 litres de soupe. Ils ont ainsi récolté 5552 francs et 143 euros. Le top du top!

Mais leur course d’escalade n’est pas terminée pour autant. Allez hop, on se bouge!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.