15/01/2016

Le flocon de neige

Combien de temps met un flocon de neige tombé sur un glacier valaisan pour arriver jusqu’à nous? Au bout du lac, s’entend?

La question taraude depuis des plombes un ami cher et la réponse varie selon ses interlocuteurs. Voyons. Il faut estimer la durée de la transformation de la neige en eau, puis son entrée dans le Rhône, son périple pour gagner le Léman et sa longue descente jusqu’au cœur de la rade. Compter un an, dix ans? Plus encore? Comment le savoir… On dira que ça prend un certain temps!

J’ai lu qu’un morceau de bois lâché au Bouveret mettait onze ans pour traverser le lac en longueur, ballotté qu’il était en avant en arrière par les vagues. Alors un flocon, vous imaginez!

Si vous avez la réponse à cette drôle de question, je suis preneuse.

Pour faire plus simple, les flocons de neige sont arrivés jeudi droit sur nos têtes. Il était temps! L’or blanc a daigné descendre froidement des hauteurs pour se répandre sur la plaine et chambouler notre quotidien.

Car il suffit de deux ou trois centimètres de poudre pour que tout change. Ce duvet gomme les aspérités, adoucit les angles, enrobe le paysage d’une blancheur qui lui sied: Genève devient presque coquette sous la neige!

Deux centimètres de neige suffisent aussi pour changer le comportement des passants. Certains semblent marcher sur des œufs alors que d’autres replongent carrément en enfance. Ils lèvent la tête au ciel et ouvrent grand la bouche pour happer ces cristaux glacés qui les chatouillent au passage. D’ailleurs, combien de temps met un flocon de neige pour fondre sur la langue?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.