27/01/2016

Les appels pompants

On peut se faire vacciner contre la grippe, mais pas contre le démarchage téléphonique, cette épidémie qui empoisonne la vie des gens qui passent pas mal de temps chez eux.

A ce que j’ai lu, paraît que le nombre d’appels reçus en un mois pour une même personne pouvait aller jusqu’à 200! De quoi en faire une jaunisse…

Faut dire que le fameux astérisque figurant dans l’annuaire n’est plus respecté depuis belle lurette par les vendeurs de poudre de perlimpinpin. Et que le boîtier Katia, qui écartait automatiquement les appels indésirables, n’est plus en vente pour vous et moi depuis 2015. On n’est pas aidé…

Comment clouer le bec à ces intrus? J’en connais un qui a toujours un sifflet près du combiné et qui souffle un bon coup dedans quand on le dérange. Ça fait mal à l’autre bout. Mais ça soulage!

L’astuce de Christiane est plus douce et tout autant efficace. Quand elle reçoit un appel pour lui vendre ce qu’elle ne veut pas, elle enregistre une lettre majuscule correspondant à ce numéro.

Quand la sonnerie retentit et qu’une telle lettre apparaît à l’écran de son téléphone fixe, elle ne répond pas et ne s’énerve plus. Elle se contente de décrocher puis de reposer le combiné. Mardi dernier, le «M» s’est ainsi affiché six fois. Un vrai harcèlement!

Si par hasard elle baissait la garde et tombait dans le piège, qu’elle sache une chose: depuis le 1er janvier 2016, elle peut résilier un contrat conclu suite à un démarchage téléphonique. Ceci dans les 14 jours dès l’accord passé.

Cette nouveauté n’est pas un vaccin pour lutter contre l'épidémie. Mais c'est déjà un bon remède!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.