24/02/2016

Les ponts peinturlurés

L’énigme des ponts peinturlurés enjambant les autoroutes A1 et A9 vient d’être percée. Il était temps. Le suspens durait depuis avril dernier…

Résultat des courses, ce sont des vandales sportifs, et non des artistes, qui ont opéré nuitamment sur ces ouvrages. Ils ont peint à l’arrache ces larges bandes rouges, blanches et noires qui rythment nos trajets automobiles entre Genève et Lausanne. Voire plus, si entente.

Ces interventions assez radicales ont alimenté toutes sortes de questionnements. Qui se cache derrière cette action et pour dire quoi, finalement?

La «cellule graffitis» de la police cantonale vaudoise a fini par pincer les fauteurs de troubles. Ce sont tout simplement de jeunes fans de hockey! Du LHC, donc. Les Genevois auraient ajouté une tache de jaune à la palette…

Ces peintres sauvages sont désormais poursuivis pour dommages à la propriété qualifiés. Dommage!

Parce que ces tranches de couleurs sur ces ponts désespérément gris ne font de mal à personne. Au contraire. Elles changent des slogans d’amoureux transis ou des déclarations ravageuses qui perturbent les conducteurs. Elles rompent discrètement la monotonie de l’autoroute et allument le coin de l’œil.

Je parie d’ailleurs que de nombreux usagers pensent que les rayures dilatées sont des interventions artistiques comme il s’en voit dans certains tunnels genevois. Et qui ont dû coûter bonbon.

Même pas. Ces bandes de couleur marquent juste le territoire de certains activistes et n’ont pas coûté un rond à la collectivité. Mais leurs auteurs devront passer à la caisse…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.