25/02/2016

La fête à la grenouille

«Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. Et la grenouille, c’est mon amie…» chantait-on joyeusement sous la pluie, les pieds dans les flaques.

Or, n’en déplaise à la comptine, les batraciens ne sont pas spécialement à la fête ces temps-ci.

Quelle que soit la météo du jour, les grenouilles, tritons et autres crapauds sortent par milliers de leur cachette hivernale et s’élancent vers les gouilles les plus proches pour s’y reproduire.

Ce bel élan vital est souvent coupé net quand des axes routiers barrent le parcours amoureux des amphibiens, qui ne se doutent de rien. Que faire alors pour éviter qu’ils ne finissent tous aplatis comme des crêpes?

Faute de pouvoir interdire la circulation dans les campagnes en février et en mars, des humains aident ces petites bêtes menacées à traverser les routes. Elles tombent donc comme des fruits mûrs dans des seaux, enterrés contre les filets longeant les chaussées, ou empruntent des tunnels créés spécialement à leur intention. C’est pas mignon?

Plusieurs lieux protégés existent ainsi dans le canton. Tout ceci demande du matériel et des bénévoles, prêts à se lever à l’aube pour trimballer des bidons pleins d’amphibiens par-dessus les routes et les relâcher ensuite près de l’eau, assurant ainsi leur survie.

Les humains de chez nous sont décidément capables de grandes choses pour venir en aide aux grenouilles, qui sont nos amies.

Ne pourraient-ils pas avoir, parfois, autant de compassion pour les humains qui cherchent aussi à sauver leur vie? Mais c’est encore une autre histoire…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.