27/02/2016

Un défaut d'éclairage

L’Arve coule comme si de rien n’était. Elle devrait pourtant se demander pourquoi ses eaux ne sont plus nappées de couleurs vives lorsqu’elle quitte en vitesse les Acacias pour filer vers la Jonction. Pourquoi, alors?

Parce que l’ouvrage qui enjambe la rivière avec tant d’élégance à la hauteur des Vernets n’est plus que l’ombre de lui-même. Quand il fait nuit, donc.

Dorothée me signale que le fameux pont Hans Wilsdorf ne brille plus de mille feux lorsque tombe le jour. Et que ça dure depuis des mois. Seule une petite moitié de sa structure en nid d’oiseau est encore éclairée, le reste baignant dans l’obscurité.

Quand on a en mémoire les splendides jeux de lumière qui habillaient de tons chauds l’intérieur de l’ouvrage, on se dit que la nouvelle est regrettable. Pour une fois qu’une réalisation en jette dans la République, il faut que ça foire…

Est-ce que les finances de la Ville de Genève ne lui permettent plus d’entretenir correctement les cadeaux qui lui sont faits? Le pire étant que la partie éteinte du pont se trouve justement du côté des donateurs, à savoir la Fondation Wilsdorf. Moche, n’est-ce pas?

Renseignements pris auprès du génie civil, ce n’est pas une question de gros sous, mais de problèmes techniques. Le défaut d’éclairage étant lié à des dégradations faites sur l’ouvrage fin 2014 déjà.

Il y a donc eu analyse des désordres, nettoyage des installations et réparations. Tout ça prend du temps.

Bonne nouvelle, l’éclairage devrait être remis intégralement en service pour fin mars. Et que la lumière soit, Alléluia!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.