01/03/2016

Des lettres et des chiffres

Depuis que j’ai lu le dossier paru samedi dans la Julie sur les vétérans de l’intelligence, j’ai décidé de reprendre mes neurones en main. Paraît que c’est une des meilleures façons de protéger son cerveau contre les affres de l’âge…

Alors je me suis vite attaquée au mot croisé géant qui suivait les articles. Pas si simple! Je bute ainsi contre le 9 horizontal: «Grande sortie de cours», ou le 19 vertical: «Perpétuelles.» Et tant d'autres. Quelqu’un peut-il m’aider? Non? Tant pis, faut que je me creuse encore les méninges.

J’avoue ne pas m’être ensuite frottée au sudoku: bien trop compliqués, ces chiffres. Ils me découragent, sauf quand il y a un brin d’histoire autour. Comme tout ce qui se dit à propos du fameux 29 février qui se pointe tous les quatre ans.

J’ai lu que cette journée intercalaire se glissait dans la numérotation du temps depuis 1582 et l’introduction du calendrier grégorien.

Faites vos calculs. Combien y a-t-il eu de 29 février depuis son apparition? Je vous le dis? On en dénombre 105. Faux, me direz-vous, calculette à la main.

Juste, diront les connaisseurs, car les années 1700, 1800 et 1900 n’ont pas été bissextiles. Et pourquoi donc, ma chère? Tout simplement parce que la première année d’un siècle n’est bissextile que si elle est multiple de 100 et de 400. Comme l’an 2000, donc!

Là, j’ai le cerveau qui surchauffe, c’est bon signe. Vite une autre question, pour rester sur la lancée: combien de jours additionnels compte-t-on depuis le début du XXe siècle? Vous avez aussi trouvé? Nous avons pile 29 «29 février»!

Arès cet exercice découvert sur un blog du monde, je sens mes neurones déjà ravigotés. Allez hop, au suivant!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.