08/03/2016

Histoire d'amour

Parlons une fois d’amour… D’une belle histoire qui donne des ailes, car elle se moque bien du temps qui passe.

Charles nous écrit une longue lettre pour témoigner que jamais rien n’est perdu quand on aime vraiment, et qu’il faut toujours garder espoir. La preuve?

En 1980, ce Belge de trente ans vient pour la première fois à Genève et voit Corinne. C’est le coup de foudre! Le vrai, avec des papillons dans le ventre et tout et tout. Mais voilà, l’homme est marié, il a deux enfants et vit à Liège.

Les deux êtres frappés par cette décharge électrique d’amour chancellent, hésitent quelque temps à franchir le pas, et puis non. L’homme du Plat Pays n’a pas la force de quitter tout ce qui faisait sa vie. Il annonce alors à la Genevoise qu’il ne reviendra plus ici.

Trente ans plus tard, pourtant, il y revient et retrouve Corinne, place du Molard! Hasard? La lettre ne le dit pas.

Au premier regard, tout redevient comme avant. Car ces deux-là n’ont rien oublié de leur flamme. Trente ans durant, elle a couvé en eux. La voilà qui fait son retour au grand jour. Ils ont beau avoir tous deux vieilli et vécu leur vie, chacun de leur côté, leurs sentiments n’ont pas pris une ride.

C’est pourquoi Charles et Corinne ont décidé de vivre enfin leur histoire, amorcée au siècle passé… Cinq mois après ces retrouvailles, ils étaient mariés!

L’amoureux s’est donc installé au bout du lac et ouvre son récit émerveillé avec cette citation de Jorge Louis Borges: «De toutes les villes du monde, de toutes les patries intimes qu’un homme cherche à mériter au cours de ses voyages, Genève me semble la plus propice au bonheur.» Eh oui…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.