23/03/2016

Le blues, sans doute

Au fil des heures, mon encre bleue a viré au noir. Le blues, sans doute.

Depuis la double explosion à l’aéroport de Bruxelles et les horreurs qui ont suivi, les mauvaises nouvelles n’ont cessé de déferler sur nous à folle allure, en ce triste mardi.

Prise par le suivi en direct de ces attentats, j’ai été bien incapable d’aligner plus de trois phrases de l’histoire que je voulais vous conter ici aujourd’hui.

Le billet prévu, qui mettait en scène un chauffeur de taxi genevois très sympa, m’a semblé soudain totalement hors de propos alors que je prenais connaissance, comme tout le monde, de la situation à Bruxelles, du décompte des victimes et des nombreux témoignages qui affluaient.

Dans ces conditions, peut-on faire comme si de rien n’était? Est-ce bien de continuer à écrire sur les faits de notre paisible quotidien, alors que des gens meurent en prenant le métro pour aller au boulot, à un peu plus d’une heure de vol de chez nous?

Bonne question. Mais si je devais renoncer à écrire mes billets après chaque attentat, je devrais bientôt fermer boutique. Il s’en passe tous les jours, des plus ou moins lointains, des tout aussi abjects.

Or, celui-ci m’a spécialement coupé la chique. Faut dire Bruxelles est une capitale proche et spécialement sympa. Un endroit où l’on a vite ses repères. Parfois même ses habitudes. Beaucoup d’entre nous ont mis les pieds un jour ou l’autre à son aéroport.

Alors forcément, chacun se fait son cinéma. Et c’est pour ça aussi que ces attentats nous touchent pareillement. Quel blues, les amis Belges…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ben pour une fois que quelqu'un se proposait d'écrire quelques lignes sympathiques sur les taxis...
Cette corporation est victime d'une légende urbaine tenace qui date de l'époque des fiacres. Ainsi, dans l'inconscient collectif, un chauffeur de taxi ne peut être qu'un voleur, un menteur et un tricheur.
A chaque article, c'est un véritable déferlement d'agressivité et de rejet qui s'exprime dans les commentaires.
Seul un petit 5 % d'utilisateurs réguliers viennent contredire ce discours haineux. Et malheureusement, un gros pourcentage de ces clients sont des personnes âgées et à mobilité réduite qui ne viennent pas s'exprimer en ligne.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/03/2016

Les commentaires sont fermés.