18/04/2016

Les chants du matin

Tiens! Le réveil n’a pas encore sonné que déjà des chants s’élancent dans la cour, joyeux et flûtés. Les oiseaux sont de retour, enfin.

Et c’est la tête sur l’oreiller ou dans les nuages que s’écoutent ces concerts printaniers et aériens.

Les chanteurs entrent dans le chœur en fonction des heures du matin, me glisse à l’oreille Patrick Jacot, du centre ornithologique genevois.

Les premiers mâles à se manifester dans l’aube naissante sont les rouges-gorges et les merles noirs qui s’en donnent vite à cœur joie.

Ces lève-tôt sont suivis vers neuf heures par les pinsons des arbres, puis les verdiers, les sittelles torchepots et les troglodyles mignons. Alors ça gazouille, ça pépie et ça babille ferme, sur fonds de pics qui donnent le rythme en tambourinant.

Dans une quinzaine de jours les fauvettes des arbres et les coucous se joindront à ces choristes. Coucou!

Les rossignols philomèles viendront à leur tour pousser leur très beau chant de nuit. Dommage pour ceux qui ne pourront l’entendre.

Sauf que ces mélodies ne nous sont pas vraiment destinées. Les oiseaux mâles chantent à proximité de leur nid pour marquer leur territoire et tenir compagnie à leur femelle qui couve, ou qui s’occupe des petits.

Paraît d’ailleurs que les cris des jeunes moyens ducs qui appellent leurs parents exaspèrent certains habitants de Meyrin qui n’hésitent pas à leur jeter des cailloux pour les faire taire. C’est toujours plus facile de viser les nids que les avions qui volent sur leurs têtes

Mais le chant des oiseaux, c’est bien plus joli!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Très juste et c'est un ravissement pour les lèves tôt
Mais comment diable feront les habitants de Meyrin quand les télécabines passeront devant leurs balcons (rire
Vous savez ces métros aériens devenus prioritaires pour certains
Très belle journée

Écrit par : lovejoie | 18/04/2016

Les commentaires sont fermés.