23/04/2016

Le Jet d'eau a la molle

«J’ai la molle de printemps…»

La déclaration a comme un air de déjà-vu. Normal. Elle revient chaque année à pareille saison. Avec les soupirs de lassitude qui vont avec, et la mine un peu pâlotte.

La molle? Ben oui, la molle, disais-je. C’est une Genevoiserie. Une de plus. Selon un vieux glossaire des mots du cru, ça signifie «n’avoir pas le cœur au travail, être plus disposé à flâner qu’à s’occuper. Exemples: j’ai la molle, la molle me gagne, la molle me tient.»

Ça ne date pas d’hier, et pourtant, rien n’a changé! Les habitants de ces doux rivages développent toujours cet état léthargique quand les températures font le yo-yo, quand la sève monte irrésistiblement alors que tout en eux les pousse à rester au plumard. Pour y dormir, souvent.

La molle de printemps, donc.

Faut croire que même le Jet d’eau a la molle ces temps, et la grosse! Il a ainsi disparu des écrans radars depuis bientôt deux semaines, et les avis de recherche sont lancés.

Il est où? Au fond du trou!

La faute au niveau du lac, exceptionnellement bas en cette année bissextile (371,6 m pour être précis, soit 70 cm en dessous de la cote maximale) ce qui empêche les pompes du jet de propulser l’eau tout là-haut.

Mais pas que. Les travaux sur la jetée des Eaux-Vives y sont aussi pour quelque chose. On y améliore l’accès pour tout le monde et on en profite pour aménager la petite rotonde. Aux dernières nouvelles, des travaux seront effectués cette fin de semaine encore sur le site.

Mais promis, le Jet d’eau devrait redémarrer lundi. Adieu la molle!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.