26/04/2016

Drôle de proximité

Ah, dormir en paix!

Les morts en savent long sur le sujet, eux qui reposent à tout jamais en des lieux tenus à l’écart de toute agitation. En retrait du monde. Au calme plat.

Entre les logis des morts et des vivants, il a toujours été de bon ton de garder une distance assez respectable. Sait-on jamais…

Mais voilà que çà et là des immeubles commencent à pousser tout près des murs des cimetières. Ou à deux pas. Vue plongeante assurée depuis son salon sur les alignées de tombes, les sentiers en gravillon et les familles éplorées. Ambiance!

Ce rapprochement ne répond pas forcément à la volonté des autorités de la ville de Genève d’ouvrir les cimetières au grand public pour en faire des lieux de méditation ou de promenade, avec concerts et lectures.

C’est une autre logique. On construit des logements là où il y a encore de la place. Alors pourquoi pas près d’un lieu où dorment les défunts? Il n’y a plus de tabou ou de gêne à cet égard.

Mais les habitants de ces nouveaux immeubles ne sont pas tous logés à la même enseigne. Ceux qui donnent sur les Rois ont un parc à leurs pieds, alors que ceux de Chambésy ou de Vésenaz ne peuvent ignorer près d’où ils sont.

Vous me direz que tant qu’à faire, mieux vaut loger près d’un cimetière que le long d’une autoroute. Ou près de l’aéroport.

Les voisins ne sont au moins pas trop bruyants. Et ils sont bien gardés. Rien à craindre de ce côté-là, disait Prévert en son temps. Non, franchement, il y a pire comme proximité.

Mais il y a plus drôle aussi…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

"Mais il y a plus drôle aussi…" Je connais quelqu'un qui échangerait volontiers le carrefour Carl-Vogt / École de médecine contre la proximité de votre nécropole.
La drôlerie a des limites...

Écrit par : Géo | 26/04/2016

Les commentaires sont fermés.