16/06/2016

Bonjour la confiance

Ah, la vie de village!

Tout le monde se connaît, se salue, s’estime ou se déteste. Chacun sait tout des habitudes du voisin et des manies de l’épicier. Plus le reste…

Les petites localités genevoises ont beau se densifier, les liens entre leurs habitants restent toujours plus étroits qu’ailleurs. Ceci pour poser le décor.

Lors des dernières votations, début juin, Anne se rend au local de vote de son village. Enfin c’est le sien depuis 24 ans qu’elle y vit. Elle y a élevé ses enfants et est active dans plusieurs sociétés locales. C’est une personne qui ne passe pas inaperçue.

«Bonjour tout le monde» lâche-t-elle en arrivant dans la salle pour accomplir son devoir civique et babiller avec celles et ceux qu’elle rencontrera.

«Carte d’identité» lui demande d’entrée le scrutateur. «Je ne l’ai pas» dit-elle. «Donc vous ne pouvez pas voter!» Et là, Anne pique la mouche.

La citoyenne passe devant l’urne, déchire son matériel de vote, le jette à la poubelle et clame «A voté!» sous l’œil éberlué de l’assistance.

Non mais. Que l’on exige une pièce d’identité des votants dans les villes, où les gens ne savent plus qui est qui, ça tombe sous le sens. Mais là, au secours!

D’ailleurs pourquoi tant de précautions au local communal, alors que personne ne regarde ce qui se passe avec le vote par correspondance?

Quand elle rend visite aux aînés de la région, Anne prend souvent leurs enveloppes contenant leur scrutin pour aller les poster. Si elle avait voulu, elle aurait pu les bidouiller facile. Qui s’en soucierait?

Et là, elle n’a pas pu voter, faute de pièce d’identité. Bonjour la confiance.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Et si elle avait pu voter sans présenter sa carte, elle se serait plaint du laxisme des contrôleurs ? On imagine aisément le billet : " A Genève, dans les campagnes, on est devenu tellement fumiste qu'on ne contrôle plus rien..."

Écrit par : Géo | 16/06/2016

Les commentaires sont fermés.