08/07/2016

Histoire d'eau

La scène se déroule à la piscine de Genève-Plage. Plus précisément dans la ligne d’eau dédiée à la «nage rapide».

Il y a là trois messieurs qui crawlent à toute vitesse et une dame qui fait de même, dans un beau style, certes, mais à une allure moins soutenue.

Le couloir n’étant pas bien large, les nageurs restent sur la droite pour faire leur traversée et tâchent de ne pas dépasser la ligne noire du fond qui joue le même rôle que la ligne blanche sur une route. Histoire d’éviter les collisions frontales avec ceux qui viennent dans l’autre sens.

Vous me suivez ou vous nagez dans le bleu?

Antoine, lui, additionne les longueurs de bassins pour faire ses trois kilomètres dominicaux. Au moment où il double à nouveau la jeune femme, il voit que le meilleur nageur de la ligne revient dans leur direction.

Pour ne pas mordre le repère noir, il se rapproche soudain très près de la sirène. Qui n’apprécie guère cette troublante proximité: elle attrape alors la fesse d’Antoine qui passe à la hauteur de sa main. Puis la pince de dépit!

Et la nage continue…

Le crawleur n’en revient pas. S’il avait osé pincer la croupe d’une naïade le dépassant, sûr qu’elle aurait fait scandale. Il s’est donc contenté de boire la tasse, en songeant aux risques de la natation.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.