16/08/2016

Un feu pour tous

Joli ballet de camions lundi, au cœur de la rade. Les poids lourds et les travailleurs du petit matin libèrent déjà les quais des tonnes de matériel entreposé là.

Les estrades se démontent, les tentes se plient, les poubelles se vident. Du balai! Bientôt, il n’y aura plus trace des festivités passées, sauf quelques pelouses fatiguées et de vieilles odeurs tenaces...

Les Fêtes sont donc pliées. Resteront encore vivaces, dans les yeux des Genevois et de leurs invités, les fulgurances du beau feu d’artifice de samedi.

Un spectacle du tonnerre qui fait néanmoins débat. Pas tant sur la forme –tous les goûts sont dans la nature– que sur le fond.

Que les gens qui le désirent puissent assister au feu dans de bonnes conditions et en payant leur place, très bien.

Mais priver les spectateurs de le voir librement depuis le pont du Mont-Blanc, ou les tenir à distance des trop nombreuses zones payantes par des grilles et des bâches protégées par des vigies, c’est visuellement moche. Et c’est mesquin.

De telles pratiques donnent aux refoulés le sentiment d’être des citoyens de deuxième catégorie. Est-ce donc ça, le fameux esprit de Genève?

A l’avenir, visons plus festif et sans barrières: un feu pour tous. Ce serait cadeau!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Mais, chère Julie, qui paierait le billet pour les feux si on pouvait les voir aussi bien gratuitement?

Écrit par : Alena Hochmann | 16/08/2016

Les commentaires sont fermés.