23/08/2016

Bon pour la santé

Voyager, c’est bon pour la santé. Pour autant qu’on puisse le faire…

Yvonne se rend un lundi de juillet à l’aéroport. Il fait encore nuit: son avion pour la Hongrie décolle à 6 h. A l’aube, la file d’attente est déjà longue pour obtenir une carte d’embarquement.

Le moment venu, elle présente sa pièce d’identité au guichet et on lui donne en retour son «Boarding Pass». Notre voyageuse refait alors la queue au contrôle de sécurité. Les minutes passent, mais elle est toujours dans les temps.

Une fois son bagage vérifié, elle est arrêtée, car sa carte d’embarquement ne correspond pas à sa pièce d’identité. L’employée a fait une erreur de transcription, et Yvonne n’a pas vérifié le document. Dommage!

Car on lui intime l’ordre de retourner d’où elle vient pour faire corriger la chose. La Genevoise rebrousse chemin avec sa petite valise, court au bureau indiqué, puis doit patienter.

Les minutes filent, la tension monte. Quand vient enfin son tour, trop tard! L’heure d’enregistrement de son vol est dépassée, impossible désormais d’embarquer. Elle est furax! On le serait à moins.

Car il n’y a pas d’autre vol avant 48h pour la Hongrie et on l’attend en clinique dans la matinée. Yvonne doit donc tout décommander. La réservation du parking pour une semaine. Mais surtout les soins dentaires prévus. Tout ça engendre des frais en cascade que la compagnie n’entend pas dédommager.

Elle propose tout au plus le report de la date du vol. Or Yvonne n’a plus d’autres vacances. Un congé sans solde?

A ce prix, autant se faire soigner ici. Même si voyager, c’est bon pour la santé!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.