26/09/2016

La terrasse de l'année

Il faut parfois se pincer pour y croire. Aïe, ça fait mal!

Ce n’était donc pas un rêve. La rade de Genève a bien été libérée du trafic routier en ce radieux dimanche de fin septembre. De bleu si c’était agréable!

Pour tous ceux qui n’y étaient pas, ou qui ont maudit cette journée, coincés dans leur véhicule et obligés de faire un immense détour pour traverser la ville, imaginez un peu la scène.

Imaginez le pont du Mont-Blanc offert aux piétons, rempli de tables et de bancs sur lesquels s’installent des centaines de gens avec leur pique-nique. Ça semble incroyable, et pourtant.

Des familles étendent aussi des couvertures au sol pour manger à leur aise, des amis partagent une fondue debout autour d'un caquelon, des passants allant d’une rive à l’autre pour tester les quais libérés s’attardent sur le pont pour apprécier à sa juste valeur ce moment magique. Qu’il fait bon se trouver là, entre le ciel et l’eau.

Les seuls bouchons à signaler sont ceux des bouteilles qui sautent d’une table à l’autre, ou des gens qui font la queue devant les stands de nourriture. Et puis cette terrasse populaire et conviviale dispose en plus d’un vrai décor de carte postale. Qui dit mieux?

Imaginez l’autre fait remarquable de la "Journée sans ma voiture": les passants s’entendent à nouveau parler! La ville se fait plus silencieuse, sans la rumeur des moteurs qui la berce au quotidien. Et ça détend drôlement l’atmosphère.

La voix humaine s’impose, les sourires des citadins se font contagieux. Même devant l’imposant service de sécurité patrouillant en rollers…

Ce n’était donc pas un rêve mais une belle parenthèse ensoleillée. A refaire au plus vite.

07:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.