18/10/2016

La grosse coupure

A l’ère des cartes en plastique, avoir du liquide dans son porte-monnaie devient presque une faute de goût. Voire la marque d’un autre temps. Qu’importe. Certains irréductibles préfèrent, encore et toujours, régler leur dû avec de simples billets de banque. Ça ne devrait pas poser de problèmes. Sauf que…

L’autre jour, de retour d’un bref séjour en clinique, Denise passe au bancomat car elle n’a plus un sou en poche. Elle retire alors mille francs pour faire ses payements et quelques courses. La dame a beau demander à la machine de petites coupures, elle n’en reçoit qu’une seule, et une grosse.

Or dans l’immédiat, elle a juste besoin d’aller s’acheter des bananes à la Coop d’en face… Les payer avec un billet de mille, ça risque de pas le faire, se dit-elle in petto. En même temps, ça fait trente-huit ans que je suis cliente dans ce magasin, les caissières me connaissent, elles ne vont pas me refuser ce billet. C’est de l’argent, tout de même!

Pourtant une employée le rejette. Trop gros, ce billet. N’a-t-elle pas de quoi rendre la monnaie, ou tout simplement pas le dispositif nécessaire pour vérifier si c’est un vrai ou un faux? Chez un petit commerçant ou au kiosque du coin, passe encore. Mais dans un supermarché, une telle lacune serait regrettable.

Et si elle avait glissé son billet dans la machine qui remplace les caissières, ça aurait passé comme une lettre à la poste?

C’est finalement une autre cliente qui a sorti son porte-monnaie pour payer les fruits de Denise. Un geste peu banal qui lui a filé la banane!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Je comprend tout à fait la réaction de la caissière ! J'imagine que vous savez bien que les caissières ne fabriquent pas leurs billets elles-même et qu'elles ont un fond de caisse en début de journée qui n'est pas mirobolant. Alors imaginez si 3-4 clients viennent payer un article à moins de 10.- avec un billet de 1000.-, elles font comment ensuite pour rendre la monnaie aux autres clients ?
C'est au client qui retire de l'argent de ne refuser le billet de 1000.- et de demander à la place des petites coupures ! Et si l'argent vient d'un automate parce qu'il n'y a plus de guichet ? Et bien changez d'établissement...

Écrit par : Sonia | 19/10/2016

Le jour où ma banque me refile un billet de 1000 dans ces circonstances, ses employés vont mal dormir pendant les semaines qui suivent tellement je vais les agonir. Mais heureusement, je n'habite pas Genèèèève et il n'y a que dans cette merveilleuse ville que l'on peut observer de telles c....ries, pardon, Genfereien...

Écrit par : Géo | 19/10/2016

Le jour où un supermarché de type Coop ou Migros me refuse un billet de 1000... OK, je le remets dans ma poche et je me tire avec la marchandise. Bien entendu, en laissant mon adresse à la caisse, pour l'envoi du bulletin de versement. Mais je n'accepterai de payer que la somme exacte, sans supplément.

C'est ainsi, que ça plaise ou non:
Conformément à l'art. 2 de la loi sur l'unité monétaire et les moyens de paiement (LUMMP), les billets de banque émis par la Banque nationale suisse sont des moyens de paiement ayant cours légal. Ils doivent être acceptés en paiement, en Suisse, sans limitation de la somme (art. 3 LUMMP).

Si l'on s'en réfère à la lettre à cet article 2 de la LUMMP, il devrait même être possible de demander au commerçant un dédommagement pour le désagrément.

Écrit par : petard | 19/10/2016

Les commentaires sont fermés.