05/11/2016

Du vélo au gyroroue

Qui sont au juste les deux-roues qui ont eu droit, cette semaine, à l’attention soutenue et tatillonne de la police genevoise?

Les agents parlaient de cibler leur campagne de sécurité, et de répression, sur les vélos et engins assimilés. Mais jusqu’où vont aujourd’hui les limites de l’assimilation?

Je me suis fait cette réflexion l’autre jour en regardant tout ce qui se déplace silencieusement dans la circulation genevoise, au milieu des voitures et des motos pétaradantes. Eh bien c’est drôlement varié!

Comment s’y retrouver dans ce parc roulant qui innove sans cesse? Bon, du côté des vélos, je crois qu’on aura bientôt tout vu, entre les bécanes classiques et urbaines, les tout-terrain, les plus ou moins pliables, le tout avec ou sans assistance électrique. Notez qu’on parle de sortir bientôt un vélo électrique pour adultes sans pédales…

Les planches à roulettes, version longue, courte ou articulée, roulent moins les mécaniques mais se faufilent aussi dans le trafic au même titre que les trottinettes, où il n’y a parfois même plus besoin de pousser du pied pour les faire avancer. Tu parles d’un progrès…

Et puis les gyropodes sont apparus, ces drôles d’engins où le passager se tient debout sur une plate-forme, entre deux roues, raide et vissé à son guidon.

Mais les gyroroues viennent de les supplanter et là, on entre dans une autre dimension. Comment fait donc ce type pour tenir en équilibre et rouler à toute allure, les mains dans les poches, sur son monocycle électrique? Doit-il emprunter les trottoirs ou les pistes cyclables, son moyen de transport est-il assimilé ou non à un vélo? Il y a de quoi en perdre les pédales...

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.