10/11/2016

Il reste de quoi faire

Il y a comme ça des jours où, en se levant, on se dit qu’il y a décidément encore beaucoup à faire pour améliorer ce monde, à défaut de le changer…

Ainsi ce mercredi matin, alors que tombe sur nos têtes un petit crachin réfrigérant. Historiquement, la date du 9 novembre n’a déjà rien d’anodin à Genève: en 1932, l’armée suisse fusillait des manifestants à Plainpalais.

Désormais, cette date sera aussi associée aux élections américaines. Je me garderai de commenter la chose, ce n’est pas mon job. Et puis les spécialistes vont en parler dans tout le journal. Mais tout de même…

Ces réflexions faites, j’ouvre mon ordinateur au boulot et tombe sur une publicité qui me fait aussitôt grimper au mur. «La paperasse vous rend dingue? Nous avons la solution» clame la Poste.

Pour illustrer cet accès de folie, la pub filme une femme qui craque, totalement dépassée par l’ampleur de la tâche. La pauvre a les nerfs fragiles. En plus, c’est une blonde. Bonjour les clichés.

Car on ne voit plus que la blondeur de cette tête qui frappe le classeur et cette désespérance féminine de ne pas être à la hauteur.

Si je comprends le message caché, cela voudrait-il dire que les hommes maîtrisent mieux ce genre de situation? Notez qu’ils auraient de quoi assurer: ils gagnent toujours plus que leurs collègues femmes.

D’ailleurs, pour appliquer à la lettre le bon vieux slogan «à travail égal, salaire égal» les employées ne devraient plus bosser depuis le 21 octobre…

Ça y est, Julie fait sa crise. La paperasse la rendrait-elle aussi dingue? Même pas. C’est tout le reste!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.