25/11/2016

Agents de circulation

Posté au carrefour, l’homme vêtu d’orange et coiffé de blanc a le geste ample et assuré. D’une main, il ordonne aux voitures de s’arrêter, de l’autre, il invite le tram à suivre sa ligne.

La scène se répète depuis des jours à l’intersection de la route des Acacias et de la rue François-Dussaud. Mais aux heures de pointe seulement. Le reste du temps, la traversée est à nos risques et périls: les feux ont rendu les plaques.

Les machines étant provisoirement hors service, les humains reprennent donc du poil de la bête. Bonne nouvelle! Généralement, c’est l’inverse.

Et puis ces charmants messieurs (ils travaillent en binôme) sont bien plus agréables à regarder qu’un feu de signalisation. Y a pas photo.

Leur présence me rappelle les policiers de mon enfance qui faisaient la circulation depuis leur petite guérite blanche plantée au milieu des carrefours. Reviendrait-on à cette pratique d’un autre siècle pour régler le trafic d’aujourd’hui? Que nenni.

Car ces charmants agents ne sont pas des serviteurs de la République. Ce sont des Securitas qui ont été spécialement formés pour effectuer cette tâche. Et pourquoi donc, je vous le demande?

Parce que notre police n’intervient plus pour faire la circulation en cas de chantier! Or chantier il y a là. L’Etat fait démonter les feux obsolètes pour les remplacer par du matériel intelligent, afin de fluidifier cet axe important.

Par sécurité, il doit donc mandater une police privée pour faire la circulation, le temps que les feux s’allument à nouveau. Cela devrait être en place avant la fin de l’année. D’ici là, zieutons plutôt les humains. Ils le valent bien!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.