02/12/2016

Des gants à la gare

Martin m’interpelle. Paraît les CFF ont décidé de ne plus chauffer leurs salles d’attente. Les radiateurs sont fermés. Couic! Et tant pis si les passagers gèlent à Coppet, car l’histoire part de là.

Or une salle d’attente non chauffée pendant la saison hivernale ne sert à rien, relève l’usager plein de bon sens.

Il n’a pas tort. Mais qu’il se rassure. Aux dernières nouvelles, venues de Berne, le chauffage en question devrait être remis en fonction sous peu. C’est une question de temps…

Car au fond, les CFF n’ont pas intérêt à ce que ses clients meurent de froid. Certes, ils doivent faire des économies d’énergie. Mais quand les salles d’attente se trouvent dans des bâtiments, comme c’est le cas à Coppet ou à Cornavin, elles sont chauffées.

Par contre, les abris installés dans les gares régionales ne sont pas tempérés en permanence. Un bouton à l’intérieur permet d’activer le chauffage au besoin.

Reste que le principe même des salles d’attente fait débat. Elles semblent ne plus correspondre aux usages actuels de la clientèle qui arrive à la dernière minute pour sauter dans son train. Si le train est raté, le suivant arrive dans un laps de temps qui ne justifie plus vraiment un lieu clos pour tuer le temps.

Ça se discute. N’empêche, il fait froid ces jours. Et ceux qui ont tout compris aux attentes des usagers des CFF sont bien les commerçants de Cornavin.

Mercredi matin, ils distribuaient dans la gare des petits gants noirs en laine, avec un mot pour dire qu’ils étaient ouverts tous les jours. Au chaud. Et il n’y a pas eu de grincheux pour regretter ce geste commercial. Tous ont pris les gants. Le sourire aux lèvres.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.