03/12/2016

Dernière minute

Samedi dernier, les jeux n’étaient pas faits. Les électeurs genevois pouvaient encore glisser leur enveloppe dans une boîte aux lettres s’ils ne voulaient pas bloquer leur dimanche matin pour accomplir, enfin, leur devoir civique.

Parce que c’est ainsi. Même si le vote par correspondance laisse un certain temps de réaction entre la réception du matériel de vote et son retour par voie postale, il y a toujours des citoyens qui n’ont pas trouvé le temps de faire leur choix. La réflexion, sans doute…

Ils s’expriment alors à la dernière minute. Juste avant samedi à midi pile.

Leur planche de salut est une simple boîte aux lettres sise au 25 de la route des Acacias. Dans le bâtiment abritant le service des votations et élections.

Dorothée, qui habite non loin de là, me signale que c’est un vrai spectacle, ce ballet des votants retardataires! Ils arrivent là ventre à terre. Les uns sautent du tram, les autres de leur vélo ou de leur moto. Certains se font déposer en voiture et piquent un sprint pour atteindre la fameuse boîte avant la fermeture de la porte de l’immeuble. A moins une.

C’est fou ce que les Genevois sont prêts à faire lorsqu’ils veulent vraiment voter! Bon, ça dépend du scrutin.

Et c’est admirable de voir comme ils sont prêts à souffrir, aujourd’hui, lors de la Course de l’Escalade.

Jules, qui n’est pas un forcené de l’exploit sportif, fera quant à lui du sur place au stand de la Julie, à l’entrée du parc des Bastions. Avec ses potes, il servira d’abord café et croissants, puis 2000 litres de soupe, sans lardons s’il vous plaît. Tout en criant «à votre bon cœur M’sieurs Dames». Pour la Thune du Cœur. Eh oui!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.