09/12/2016

Escalade et descente

L’Escalade est faite pour descendre, c’est tout de même étrange.

Oui, mais descendre dans la rue… Aujourd’hui, le macadam genevois est pris d’assaut et coincé entre deux feux: le Picoulet des collégiens et le cortège en hommage aux victimes de 1602. On peut difficilement faire plus différent, dans le genre.

C’est même le grand écart assuré entre ceux qui envoient tout valdinguer et ceux qui commémorent, en costume et dans le recueillement, un événement historique majeur pour la cité. Ces deux manifestations ne risquent pas de se croiser en route, et c’est tant mieux!

Car ce matin dès 9 h, des milliers de collégiens vont converger vers le centre-ville en une joyeuse déferlante ludique et colorée. C’est Carnaval. La jeunesse qui se lâche et qui s’amuse.

Pour ceux qui n’ont pas envie de se frotter à cette exubérance juvénile et aux taches qu’elle peut provoquer sur son passage, autant rester loin de ces festivités. Ça évitera de se faire des aigreurs d’estomac à voir la farine, les œufs et la mousse à raser jaillir des sacs et se répandre un peu partout.

Et quand la rue se sera assagie et qu’elle sera remise propre en ordre, la Compagnie de 1602 pourra défiler à 18 h des Bastions à Saint-Gervais, au son des fifres et tambours.

Les torchères et les flambeaux feront alors danser les ombres des chevaux et de leurs cavaliers sur les pavés. Pour peu, on en oublierait les turbulences du matin. C’est aussi ça, l’Escalade.

Il y a de la place pour tous. Même pour un cochon comme Jules. Je vous présenterai sa descente d’Escalade demain, si tout va bien.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.