13/12/2016

Baron de la crousille

En cette période de Thune du Cœur, les enveloppes garnies se suivent et ne se ressemblent pas. Certaines arrivent par la poste, d’autres sont déposées à la réception ou en main propre.

Presque toutes sont destinées à Jules, parfois à lui et à moi et, ma foi, je les ouvre toutes. J’espère qu’il ne m’en tiendra pas rigueur, le nourrain!

En plus des sous, certaines enveloppes contiennent des billets doux. Mon cochon rosit ainsi de bonheur devant ce poème rédigé par les vadrouilleurs de Conches, qui sont décidément toujours très inspirés. Voyez plutôt.

«Très cher Jules, qui te tiendrait «pour sot»?/ Baron de la Crousille/Toi qui d’aise frétille/Et que les écus émoustillent/Ton heure de gloire est revenue/Pour remplir ta panse dodue/Alors, tous ensemble ré-écoutons/La Truie de Chou Vert et méditons/Ta sage devise: qui vivra verrat…/ Pourvu que tous, on arrive à bon porc…»

Jules chavire aussi de voir toutes ces coupures venues de partout, petites et grandes, avec ou sans bisous ajoutés, remplir gentiment sa panse.

Alors merci aux donateurs connus et fidèles, Olivier, Rosemary, Eric et aux généreux anonymes. Merci aux Perruches, ces dames âgées de 50 à 89 ans qui se sont réunies autour d’un repas et qui ont pensé à la Thune, comme l’a aussi fait le groupe «sport» de l’Association d’Usagers des Bains des Pâquis.

Par contre, je ne sais pas si le groupe de Dames de la paroisse protestante de Châtelaine s’est réuni ou non autour d’un repas, mais une chose est sûre: c’est bien Jules qui a été nourri!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.