17/12/2016

Le jambon et le groin

julesgros.JPGBen mon cochon, l’heure est grave! Faut vraiment te remuer le jambon ou jouer du groin pour sensibiliser les Genevois à ta mission, Jules.

Car les appels aux dons pour soulager les plus démunis d’ici ne manquent pas en cette saison. Même la Radio suisse romande s’y met. C’est dire si la situation est préoccupante.

Suffit de lire la page Evénement de ce jour pour réaliser combien la précarité prend discrètement ses quartiers dans cette ville si opulente.

Alors si les foules ne viennent pas facilement au nourrain de la Thune du Cœur, autant aller à leur rencontre. Le gros Jules à roulettes sera ainsi de sortie samedi, avec sa tribu rose et cochonne, au centre commercial de Balexert, de l’ouverture à la fermeture des lieux.

Autant le dire tout de suite, l’animal n’est pas à vendre. Ni lui ni ses copains. Ils sont là pour se remplir d’oseille jusque derrière les oreilles, pas pour se tirer avec le premier venu.

Ces tirelires roses seront d’ailleurs sous bonne garde, celle des amis de la Thune et des nombreux bénévoles du Centre genevois du volontariat. Venez donc engraisser ces joyeux nourrains entre trois courses de Noël et tailler ensemble le bout de gras!

A peine remis de son bain de foule à Balexert, Jules s’en ira faire une autre virée, lundi 19 décembre au kiosque des Bastions, sur le coup de 18 h.

Faut dire qu’il aime la musique et là, il sera aux anges: le chœur de gospel universitaire, le chœur de la cathédrale et le groupe Gospel Spirit interpréteront des chansons de Noël sur le thème «What a wonderful world». Ambiance! Jules pourra alors se remuer le jambon ou jouer du groin à son aise...

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

En prenant connaissance des traitements réservés, notamment, aux porcs dans les élevages enfermés et compressés cognés de manière telle qu'ils s'entremordent jusqu'au sang... on peine à croire encore et toujours à l'humain... quand bien même affluent les dons.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/12/2016

Les commentaires sont fermés.