19/12/2016

L'aurore genevoise

Tout le monde n’a pas les moyens, ou l’envie, de se rendre ces temps-ci dans le grand Nord pour se pâmer devant une aurore boréale.

Le spectacle est grandiose, émouvant, hallucinant, confient ceux qui ont eu la chance de vivre ce phénomène lumineux et imprévisible. Les veinards.

Car le ciel qui entre en transe prend des couleurs allant du vert au rose, du rouge à l’indigo violet, en des formes libres et mouvantes. Cette chorégraphie céleste et magique étourdit les humains. Même les plus blasés!

Un artiste genevois s’est mis en tête d’apporter cette émotion visuelle là où elle ne viendrait jamais naturellement. Chez nous, par exemple.

Dan Acher, à qui l’on doit déjà CinéTransat, les pianos à jouer dans les rues ou les boîtes d’échanges entre voisins, a mis au point une performance technologique pour simuler la chose. Grâce à lui et à son studio Happy city lab, nous pourrons voir des aurores boréales sur demande, ici et maintenant.

Evidemment, c’est un luxe de s’offrir pareille distraction par les temps qui courent. "Boréalis" demande en effet une grosse installation technique, et donc des moyens conséquents. Mais alors que brille la manifestation "Geneva Lux" sur la cité, je me dis que cette œuvre a toute sa place dans le ciel genevois. Ceux qui l’ont vue pour la première fois en novembre au-dessus du Rolex-Center à l’EPFL ne diront pas le contraire...

D’ailleurs si notre créateur est en tractation avec des villes comme Lyon ou Montréal pour faire tourner Boréalis,  pourquoi pas Genève?

Une aurore boréale au-dessus de la rade? J’en rêve déjà…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.