14/01/2017

La P'tite Prune

C’était le soir du réveillon, après un repas bien animé. Au détour d’une conversation, un convive me lance soudain: «Tu connais la P’tite Prune?» «Euh… non.» «Et t’es de la Tribune?» «Euh… oui, j’en suis toujours, aux dernières nouvelles.»

Alors sans plus attendre, mon voisin de table pousse la chansonnette que voici: «Je m’appelle P’tite Prune, je vends la Tribune, je n’fais pas fortune, mais ça n’fait rien…»

Le tout sur le refrain de «Je te fait pouet-pouet, tu me fais pouet-pouet, etc...» interprété en son temps par Bourvil. Une chanson extraite de l’opérette "Elle est à vous" datant de 1929 déjà.

Mais pour en revenir à cette soirée du 31 décembre, je n’en croyais pas mes oreilles. Ainsi donc mon journal et sa vendeuse avaient, un beau jour, inspiré une chanson populaire. Extra! J’avoue que ça m’en a bouché un coin.

«Attends, j’appelle ma maman» poursuit l’ami, devant mon air surpris. Au bout du fil, la Genevoise de 94 ans confirme en fredonnant en direct la P’tite Prune. «C’est comme ça que je la chantais à mes enfants quand ils étaient petits…»

D’où vient donc cette ritournelle? A-t-elle des couplets? Une suite? Impossible d’en savoir plus sur le moment. Ni après, d’ailleurs.

Je me tourne vers vous. Si vous connaissez l’histoire de cette chanson maison, je suis toute ouïe. Ce serait trop dommage qu’elle se perde, elle me semble assez unique en son genre.

Notez qu’on pourrait aussi imaginer des variations en «une» pour combler ces lacunes. Ainsi P’tite Prune rime bien avec Thune. Pour décrocher enfin la lune?

07:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.