11/02/2017

Voter en urgence

C’est la der des der qui sonne pour aller voter. Alors faudrait voir à se bouger…

Parce que pour l’heure, c’est pas terrible, le taux de participation. C’est même désolant. Or il ne tient qu’à nous de l’améliorer.

Car dans cette affaire, les autorités ont tout juste. Elles ont fait leur boulot pour que les électeurs de ce canton puissent exercer leurs droits civiques. Oui mais voilà. Ils ont manifestement toujours mieux à faire. Ou plus drôle. Ou plus urgent.

Ça doit bien faire quatre semaines déjà que le matériel de vote traîne dans la pile du courrier en souffrance. Et il y souffre tant que c’en est fini, pour lui, d’être expédié par voie postale. Dans le meilleur des cas, il sera apporté en mains propres au local de vote. Une salle de gym ou de classe.

En semaine, les élèves courent sur le chemin de l’école pour ne pas rater le début des cours. Le dimanche de votation, les parents cavalent pour ne pas arriver après l’heure de fermeture du scrutin… J’en connais qui arrivent ventre à terre, à 11 h 59 pile. Essoufflés comme pas deux. Ça passe à quelques secondes près. Le citoyen suivant est rembarré.

D’autres votants de dernière minute préfèrent se pointer aux Acacias le samedi, juste avant midi, pour jeter leur enveloppe dans la boîte aux lettres du Service des votations.

En cette fin de semaine pourtant, les retardataires ne seront pas légion. Der de der ou pas. Car le canton se vide peu à peu. Ses habitants grimpent au chalet pour la semaine.

Mais quelle idée aussi de mettre des votations fédérales la veille des vacances scolaires genevoises!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.