13/02/2017

La loi de proximité

Dans le domaine des faits divers on parle volontiers, dans le métier, du mort kilométrique. Mais qu’est-ce encore que cette notion? Une réaction bien connue de tous.

Quand une tragédie se déroule près de chez lui, dans sa ville ou à proximité, le lecteur de n’importe quel journal se sent plus concerné que par la mort d’un grand nombre de personnes à l’autre bout du monde.

Loin des yeux, loin du cœur.

Je me demandais si cette loi de proximité s’appliquait aussi aux arbres genevois, au moment où la tiédeur de ce début de vacances nous fait regarder la nature environnante avec une pointe d’envie. Par nous, j’entends ceux qui restent au turbin...

La semaine dernière, l’Etat de Genève a procédé à l’abattage de 450 arbres, dans l’indifférence presque générale. Pourtant ce n’est pas rien, 450 spécimens de belle taille qui se font ratiboiser sec juste avant la montée de la sève. C’est même énorme!

Quand on pense au foin qui a été fait en ville pour les 34 arbres de la plaine de Plainpalais, eux aussi abattus pour des raisons de sécurité, on aurait pu s’attendre à un concert de lamentations, après ce massacre à la tronçonneuse. Or on n’a rien entendu.

Personne ne semble vouloir pleurer ces grands végétaux qui ont vécu paisiblement et discrètement, des années durant, sur les rives de l’Aire et de la Seymaz.

Mais voilà. Ces arbres sont de la campagne. Ils y sont moins rares qu’en ville. Plus anonymes. Moins chéris. Et plus facilement coupables.

Loin des yeux, loin du cœur!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ces arbres-la étaient farpetement inutiles vue que trop loin de la zone de promenade habituelle de Cador qui pouvait donc meme pas faire pipi dessus! Et qu`on dise pas qu`ils fabriquaient de l`oxygene, on sait bien que ce truc-la c`est le bon dieu qui le fabrique. De toute facon les arbes ca fait qu`attirer les zozios qui servent a rien non-plus, alors...

Écrit par : jean jarogh | 13/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.